• Emily Charvet

Octobre rose, c'est quoi?


Octobre rose qu'est-ce que c'est?

Vous le savez déjà, soit parce que vous me suivez ou parce que vous l'avez lu ou entendu quelque part: c'est le mois où l'on met en avant le Cancer du sein et son emblème est le tristement célèbre ruban rose.

Dans cet article, qui n'a pas grand-chose à voir avec la gourmandise je vous le concède, je voulais vous faire comprendre pourquoi ce mois est important et en quoi vous y participer vous mes p'tits gourmands.

De plus, je trouve intéressant de savoir ce que cela implique pour nous les femmes.

Chacun dans la vie a une cause qu'il défend.... ou pas! Mais lorsqu'on choisit d'en défendre une, soit on le fait parce que ça nous parle, soit pour des raisons qui nous touchent personnellement...

Dans mon cas, c'est un peu des deux, même si, vous l'aurez peut-être compris, c'est plus le côté personnel qui prime. Je ne suis pas du genre à beaucoup me dévoiler donc vous saurez juste que ça ne m'est pas arrivé personnellement! 😉

Cependant, ce que je peux vous dire c'est que j'ai suivi de près chaque étape de ce qu'est un Cancer du sein: du moment où on apprend la terrible au nouvelle au moment tant attendu on l'on annonce que c'est la rémission!

Mais commençons par le début, le Cancer du sein c'est quoi en quelques chiffres?

La première fois que je les ai vu, je peux vous dire que j'ai pris peur, car non seulement je prenais conscience que cela n'arrive pas qu'aux autres, mais que ça arrivait aussi à une collègue, à une proche et surtout à tellement de femmes.

C'est le cancer le plus fréquent chez la femme puisqu'il représente environ 33% des cancers auxquels elle pourrait être confrontée et ce chiffre monte à 40% pour celles âgées de moins de quarante ans.

Une femme sur huit a ou aura un cancer du sein dans sa vie.

En 2015, on dénombrait environ 17 nouveaux cas par jour.

On dénombrait, toujours cette même année, environ 76'500 femmes ayant été diagnostiquées avec un Cancer du sein en Suisse.

Il faut aussi savoir que, malheureusement, 1400 femmes atteintes par cette maladie n'y survivront pas. C'est en effet la première cause de mortalité chez la femme entre 40 et 50 ans.

Les hommes aussi peuvent être touchés puisque 40 nouveaux cas sont diagnostiqués chaque année.

Ce sont des chiffres édifiants, qui peuvent paraître effrayants, à juste titre...

Toutefois, voici ce que moi j'ai vécu face à cette maladie: ce fut difficile, ce fut long, très long, mais ce fut aussi et surtout plein d'espoir!

Comme je vous l'ai dit, ce n'est pas quelque chose que j'ai vécu moi-même, mais je peux vous assurez que ceux qui vivent autour de la personne malade sont tout aussi touchés par la maladie.

Quand vous apprenez que quelqu'un très proche de vous en même temps qu'elle que le diagnostic tant redouté tombe, pas le temps de beaucoup réfléchir... Premier réflexe, on garde son calme, on garde ses émotions pour soi: a-t-on besoin que tout le monde se mette à pleurer et imagine le pire? C'est déjà suffisamment dur pour la personne malade de digérer la nouvelle, alors pas besoin d'en rajouter une couche.

Ensuite, il est primordial d'être là, d'être un soutien sans faille, car une fois qu'on sait tout s'enchaîne à une vitesse délirante et on ne contrôle plus rien: multiples scanners, une opération pour fixer un "hameçon" à l'endroit de la tumeur pour faciliter le travail du chirurgien lors de la tumorectomie (ablation de la tumeur), la tumorectomie en elle-même, ... ces premières étapes se déroulent sur environ deux semaines. Puis, vient le traitement du cancer. En effet, même si la tumeur est retirée, le cancer n'en est pas pour autant éradiqué. Dans le cas présent, une chimiothérapie assez lourde (elle aura duré un an et demi) et une radiothérapie auront été nécessaires pour enrayer la maladie. Comptez aussi 5 ans d'hormonothérapie après ça, car les hormones jouent un grand rôle dans ce type de cancer.

Tout cela à une énorme incidence sur la vie qui en devient totalement chamboulée. Durant toute la durée de ces étapes, c'est comme si la vie de la malade était mise entre parenthèses: vous ne travaillez plus, les traitements prennent tellement de temps et ont tellement d'effets secondaires, que même avec la meilleure volonté du monde, on ne pourrait pas! Et oui, ce qu'il y a de très paradoxal avec un cancer, c'est que, la plupart du temps, on ne sent pas malade, on a pas l'impression d'être malade et c'est bien ce qui est frustrant avec cette maladie, ce sentiment que ce n'est pas tangible, pas réel. Alors que les traitements, eux, sont agressifs, épuisants et laissent la personne atteinte complètement différente... Comme les patientes disent souvent, il y a un avant et un après la maladie. Bien des mois après l'arrêt des traitements, les effets de ceux-ci se font encore sentir. Ils vous laissent avec une extrême fatigue, des nausées, des douleurs et, comme si le fait d'avoir une cicatrice indélébile sur le sein, cette part si importante de notre féminité, ne suffisait pas, les cheveux et autres poils se font la malle...

Tout cela rend faible aussi bien physiquement que psychologiquement de se voir si différente, de ne plus reconnaître son reflet dans le miroir. C'est pourquoi le soutien des proches est si important!

Voici donc mes conseils, ceux-ci n'étant basés que sur mon ressenti et mon vécu:

- Parce que ça peut nous arriver à toutes, il est important de régulièrement se palper la poitrine. C'est ainsi que ma proche a découvert sa tumeur et ça lui a probablement sauvé la vie! Voici comme faire:

Avec le bout de vos doigts, palpez le contour de vos seins puis l'intérieur, ainsi que le mamelon. N'oubliez pas non plus de palper sous le dessous de vos aisselles.

Si vous sentez quelque chose qui ne vous semble pas normal, n'hésitez pas à prendre rendez-vous avec votre gynécologue. Rien ne sert de paniquer, mais il est important de faire quelque chose si vous avez un doute.

- Si vous êtes atteinte d'un cancer, alors n'hésitez pas à bien vous entourer... demandez de l'aide, vous y avez non seulement droit, mais vous en aurez surtout besoin! Vous allez vivre des moments très difficiles et les affronter à plusieurs, c'est mieux que seule!

- Rigolez-en, plus vous prendrez la maladie au sérieux, plus vous la craindrez et plus il sera dur pour vous d'aller de l'avant... Cette maladie ne mérite pas que vous lui sacrifiez tout! Et si un jour vous vous sentez trop mal, donnez-vous quand même le droit de pleurer, d'être en colère, ... Sortir les émotions négatives est primordial pour aller de l'avant.

- Pour ce qui est du traitement en lui-même et sans vouloir faire de publicité, je ne peux que vous conseiller un endroit La Clinique Bois-Cerf à Lausanne. L'équipe soignante est juste formidable!!! Ils auront été d'un grand soutien, tous à l'écoute et auront tout mis en oeuvre, afin que ma proche puisse avoir les meilleurs soins possibles et qu'elle soit le plus à l'aise possible avec tout ce qu'elle vivait. Donc je profite de cet article pour leur dire un grand, un immense MERCI !

- Si vous avez un proche atteint, plus cette personne vous est chère plus vous devrez la soutenir! Apportez-lui votre bonne humeur, votre joie, votre présence. Faites des choses qui la distrairont, car elle aura déjà bien assez de solitude et de tristesse pour l'accompagner. Votre but doit être de lui faciliter la vie, de la lui rendre plus belle, plus joyeuse. Soyez là pour l'écouter, restez fort, secouez-là quand elle commence à déprimer! Oui, oui, la soutenir, c'est aussi la remettre à sa place quand elle vous fera part de ses idées sombres, car une grande partie de la guérison réside dans le moral. Gardez votre mauvaise humeur et vos soucis pour vous, même s'il y a des moments où ce sera très difficile. Votre proche n'en a pas besoin.

Cependant, pour ne pas jouer l'autruche et être trop mal de ne rien dire, partagez ce que vous vivez avec vos amis, prenez le temps de pleurer si vous en avez besoin. Il faut que vous soyez en forme pour votre proche.

Maintenant, voici aussi ce que le Cancer m'a appris de positif et je vous vois venir... "Dommage qu'il faille attendre ça pour changer." et vous avez entièrement raison. Toutefois, la nature humaine étant ce qu'elle est et nos vies quotidiennes n'étant pas toujours des plus calmes, on oublie un peu rapidement nos rêves et ce qu'il faudrait faire pour penser plus à nous qu'aux autres. Personne ne peut nous guérir du cancer si ce n'est nous-mêmes, le travail, les assurances et les autres ne vont pas forcément nous faire de cadeaux ou nous chouchouter.

Vous allez vous sentir une obligation vis-à-vis de votre patron: qui va faire mon travail? Vont-ils me garder à mon retour?

Vous allez vous sentir une obligation vis-à-vis de vos assurances: et s'ils ne voulaient pas/plus payer les traitements?

Vous allez vous sentir une obligation vis-à-vis de votre famille: qui va faire ce que je fais? Qui va ramener de l'argent dans le ménage?

Mais dites-vous bien que vous n'avez qu'une vie et si vous ne l'aviez pas fait avant... il serait temps de penser à vous, car personne ne le fera à votre place!

Personnellement, j'ai décidé de ne pas attendre et c'est aussi une des raisons qui m'ont poussée à réaliser mon rêve qui était de vous faire plaisir avec mes p'tites gourmandises. Alors vivez votre vie à fond!

Comme dirait Sénèque: "La vie, ce n'est pas d'attendre que les orages passent, c'est d'apprendre comment danser sous la pluie."

Voilà, j'espère ne pas vous avoir ennuyée avec mon article, mais c'est un sujet qui me tenait vraiment à coeur et que je voulais vraiment partager avec vous! Et grâce à vous et vos commandes ou votre participation à mes cours, 10% de tout cela ira à Lutte contre le Cancer du sein. Je vous donnerai tout prochainement le montant, comme d'habitude!

À BIENTÔT!

#Maptitegourmandise #Mapetitegourmandise #octobrerose

45 vues
SUIVEZ-MOI SUR

​FACEBOOK

ou

INSTAGRAM

APPELEZ 

​Commandez maintenant

0041 78 606 86 41
DITES HELLO

​PAR E-MAIL

INFO@MAPTITEGOURMANDISE.CH
TROUVEZ-MOI

Chemin de Cornu 19

1113

St-Saphorin-sur-Morges

  • Wix Facebook page
  • Instagram